TOULOUSE
 

SPECTACLES  proposés par la Place de la Danse TOULOUSE

Lieux : Théâtre de la Cité OU Théâtre Garonne

               TARIF UNIQUE : 10€  sauf Paysages intérieurs : 15€

VIA INJABULO.  Théâtre de la Cité : samedi 15 octobre à 21h (20 places)

Vu au Festival d’AVIGNON ! Nourrie d’une forte identité communautaire, Via Katlehong Dance poursuit une mission éducative, culturelle et sociale à l’attention des jeunes d’Afrique du Sud. La compagnie a été plusieurs fois récompensée par des prix internationaux pour ses créations mélangeant de façon inédite les traditions pantsulas et d’autres danses communautaires d’Afrique du Sud, comme le gumboots et le steps. Comme le hip-hop aux États-Unis et en Europe, la culture pantsula est un style de vie, recouvrant mode, musique, danse, codes gestuels et parler. Ces danses sont exécutées dans une énergie et un rythme communs.

TOP de Régine Chopinot. Théâtre Garonne :  Jeudi 20 octobre à 20h  OU vendredi 21 octobre à 20h30 ( 10 places chaque date)

Portes de secours grandes ouvertes, fond de scène comme un horizon sans fin. Un batteur, un guitariste, sept danseurs impeccables et le tour est joué. Des marches de plus en plus enlevées pour « lacérer » le plateau s’en suivent- jusqu’à l’épuisement. Régine Chopinot déploie une partition d’une belle liberté, s’amuse de jeux d’enfants comme des danses traditionnelles en tricotant des passements de pieds virtuoses. Hors champs, une course folle échappe à nos regards tandis que des mains se trouvent. Puis top prend d’autres voies : on imagine alors des sommets à gravir à coup de pyramide humaine, on ose le pas de deux survolté. La pièce est continuellement traversée par le rythme, que ce soit celui des baguettes, des clappements de mains ou de simples soupirs. Le corps du danseur devient une caisse de résonnance.

SOMNOLE de Boris Charmatz. Théâtre Garonne : vendredi 27 ou samedi 28 janvier à 20h30 (10 places)

« Le danseur-chorégraphe vient de créer Somnole, un solo où il se meut tel un dormeur incertain qui ne ronfle pas, mais siffle sans répit. Une autre prouesse à son actif. » L'Humanité

« Avec grâce, Somnole embarque avec élan dans un inspirant et incertain rêve éveillé.» Sceneweb.fr
« Une partition impressionnante de maîtrise et de subtilité.» La Terrasse

PAYSAGES INTERIEURS de Carlson et Malandain. Théâtre de la Cité :    vendredi 10 février 21h ou samedi 11 février 18h30 ou dimanche 12 février 15h30.( 15 places pour chaque date)

Pour ce programme, Kader Belarbi a souhaité rassembler deux poètes du geste. Entre intériorité et rêve, les deux grands chorégraphes que sont Carolyn Carlson et Thierry Malandain nous font ressentir une danse de ce qui est caché et qui se dévoile. L’émotion affleure naturellement dans l’atmosphère enveloppante de la musique incantatoire de Philip Glass, des tableaux sonores de Nicolas De Zorzi et des mélodies mélancoliques de Frédéric Chopin. Les paysages intérieurs exhalent ainsi de mystérieux parfums de poésie dansée. Carlson / Malandain, comme un souffle d’âme

FIRST MEMORY de Noé Soulier. Théâtre de la Cité : mercredi 15 ou jeudi 16 fevrier à 19h30 ( 8 places chaque date)

Pour sa première création en tant que directeur du Cndc-Angers, Noé Soulier approfondit la question du rapport entre geste et mémoire. Que perçoit-on consciemment de ce que fait notre corps lorsqu’on effectue une action ? Peut-on avoir accès aux sensations d’un corps d’avant le langage – avant les réflexes, les automatismes d’action et de perception qui organisent notre rapport au monde ? nos impulsions motrices, afin de composer une partition de gestes fragmentaires – un vocabulaire d’actions pratiques détournées de leur but. Accompagnés des gestes musicaux composés par Karl Naegelen, aux prises avec l’espace morcelé conçu par l’artiste Thea Djordjaze, les danseurs combinent, recomposent, juxtaposent Dans un jeu de va-et-vient entre le visible et l’invisible, le contrôlable et l’imprévisible, la gestualité se propage à tout l’espace – sensoriel, sonore, visuel

HASARD de Pierre Rigal. Théâtre de la Cité : mercredi 12 avril : 10 places ; jeudi 13 avril : 5 places ; vendredi 14 avril : 2 places

Pierre Rigal, le créatif et talentueux chorégraphe toulousain dont les pièces font le tour du monde, nous livre ici sa toute nouvelle création 2023. Une création pour six danseurs où des combinatoires individuelles et collectives feront surgir des variations poétiques ou humoristiques inattendues...

 

 

Note  Béa : contrairement à Odyssud qui s’adresse à un large public, voici des propositions chorégraphiques plus « pointues », moins faciles mais qui nous permettent de voir « autre chose », d’élargir notre champ de vision, de réfléchir parfois… 

Seul  « Paysages intérieurs » va plus vers le néo classique et contemporain très accessible, de beaux tableaux, des ensembles, du romantisme…